Sahel : Après le Mali, la France bloque la livraison d’arme au Burkina Faso

0
2324

Après les manifestations populaires et le crucifix de la présence de l’armée française au Mali par le doyen Salif KEITA, les autorités françaises s’étaient indignées de l’absence de démenti de la part du pouvoir central de Bamako. Aujourd’hui la France semble ne plus supporter toutes les critiques dont elle fait l’objet au sein de l’opinion publique. La mort des treize soldats Français lors de la collision des deux hélicoptères , n’a pas produit les sentiments attendus ; bien au contraire l’opinion publique estime, -ce qui est d’ailleurs vrai- que ces soldats sont des simples victimes de la politique néocolonialiste des autorités françaises.

En effet aujourd’hui c’est toute la légitimité de la politique française en Afrique qui est en état de mort cérébrale. Cette phrase qui a été prononcée par Macron est en réalité un prémonitoire de l’histoire de la France en ce 21ème Siècle.

Le jeu de dupes ne pouvant plus fonctionner, la France charge désormais les gouvernements africains, à défaut d’interdire les déclarations anti impérialistes français, d’apporter des démentis sur toutes dénonciation et critique des raisons de la présence militaire française en Afrique. Ces démentis n’ayant pas apporté les résultats attendus, Macron monte au créneau pour se substituer à la communauté internationale.

Dans l’élan des démentis, deux Ministres Burkinabè se sont permis de faire des sorties hasardeuses dans un processus de démenti du jeu ambiguë de la France. Mais la pression française ne se limite pas aux démentis dans certains pays. Il y’a également des poursuites et expulsions ( Nathalie YAMB ) d’intimidations, de sabotage et de tract des panafricains considérés désormais comme ennemis des intérêts français par le Ministère français des Affaires Étrangères. .《 »Plus d’action politique, plus de pression politique aussi au Burkina Faso où il importe que les autorités puissent rassembler la nation contre les risques », a également exhorté le chef de la diplomatie française.》 Source AFP

Nous pensons que nos autorités ont mieux à faire que de se livrer à des démentis dictés par la France. Il serait donc préférable pour nos autorités de nous fournir plus de preuves convaincantes de leurs démentis s’ils ne veulent pas être pris en ridicule par leurs peuples.

Le Premier mensonge livré comme démenti a été fait par le Ministre de la communication et porte parole du gouvernement du Burkina Faso : « Toute arme qui est payée par un pays est identifiée comme étant payée par ce pays. Il y a des règles et le Burkina Faso souscrit à celle-ci, il n’y a aucune arme qui ait été bloquée », a-t-il assuré.

Concernant la position du Président Roch sur le FCFA, Il dit qu’il 《ne voit donc pas pourquoi le Burkina Faso serait victime d’attaques terroristes pour cette raison, d’autant plus qu’il y a des pays comme le Bénin qui sont plus en avance sur cette question que le Burkina Faso mais qui ne sont pas attaqués. 》

Le second mensonge est livré par le Ministre des Affaires Étrangères du Burkina Faso qui ne se gène pas de déclarer que:《 »La France n’a jamais empêché le Burkina d’acheter des appareils Russes, c’est une guerre de communication qui veut diaboliser ce partenaire qui est sur le terrain avec nous. Il n’en est rien du tout » « La sécurité de l’Europe se joue ici au Sahel, c’est important donc, que la France soit là » Extrait de l’émission Dimanche Politique, radio Oméga

Mr BARRY ministre chargé des démentis près le Tribunal de l’opinion publique a déclaré qu’ : « Il n’y a pas une action de la France sur l’or du Burkina »
Monsieur le Ministre, la France n’a pas besoin d’actions dans l’or du Burkina. Le FCFA lui en donne suffisamment pour être troisième réserve d’or au monde. Selon le Directeur national de la BCEAO pour le Sénégal, Monsieur Ahmadou Al Aminou Lô en septembre 2017 :« Aujourd’hui, les réserves de change de l’UEMOA sont à peu près à 12 milliards d’euros, à peu près 7658 milliards de francs CFA. La liquidité hors or représente 6millards》Ça veut dire que l’or que vous donnez gracieusement à la France représente 7652millard fcfa pour l’année 2017. Sans oublier que chaque année cet or augmente. La France est déjà actionnaire majoritaire dans l’or du Burkina par le FCFA, pourquoi ira-t-elle acheter des actions dans de l’or qui finira par lui revenir gratuitement dans ses coffres forts ? Ça s’appelle simplement de l’intelligence.
Maintenant dites nous quelle quantité d’or le Burkina Faso dispose dans son trésor ? Zéro !

Il faudra intégrer que les intérêts français au Burkina ne se limitent pas à l’or. Il y’a le contrat de la réhabilitation du chemin de fer dont les négociations se font sur fond du terrorisme. Sans oublier que la France vous a ordonné d’abandonner le projet de chemin de fer Ouagadougou-Tema parce que le projet porte atteinte aux intérêts français. Demandez au Président du Faso qui a même eu à dénoncer publiquement cette volonté malsaine de la France lors du Traité d’Amitié de Coopération ( Burkina Faso-Côte d’Ivoire )TAC. Dites nous ce qui s’est passé pour que vous bradiez l’aéroport de Doensin à la France.

Messieurs les Ministres des démentis,
Lors du Forum « Armée-2017 » tenu du 22 au 27 Août 2017 à Moscou, Sergey Kornev Directeur Général Adjoint de Rosoboronexport en annonçait la commande de deux hélicoptères Mi-171Sh et précisait que la livraison devrait se faire en 2018. Cette commande a été faite par le Ministre de la Défense de l’époque Monsieur BOUDA. Expliquez nous Messieurs les Ministres des démentis, pourquoi le Directeur Général de la banque Française SGBB et l’ambassadeur de France au Burkina étaient allés voir le Ministre BOUDA lui proposant de financer l’achat des dits hélicoptères avec injonction d’abandonner les appareils russes ?
Dites nous pourquoi ces appareils ne sont toujours pas sur le théâtre des opérations ?

En 2016, le Mali à travers son Ambassadeur en Russie avait signé un accord d’achat de huit (8) hélicoptères Mi-35 avec la Russie. « Lorsque la France a su cela, Hollande a averti IBK en le menaçant de retirer les forces de la MINUSMA et Barkhane et replonger le pays dans le chaos, alors IBK a nuitamment mis fin à la mission de l’Ambassadeur du Mali en Russie, au moment où deux hélicoptères MI-35 étaient déjà achetés et prêts à être embarqués pour le Mali. C’est pourquoi, la semaine dernière, nous avons lu sur les réseaux sociaux une mise en garde de Moscou adressée aux autorités maliennes les intimant d’aller chercher les deux hélicoptères urgemment, faute de quoi, les frais engendrés par l’État malien serviront de frais de parking. » Nous apprend Seydou DIARRA dans Maliactu.net tiré du Journal le Carrefour.
Aujourd’hui le Président IBK, nous demande de ne pas mordre la main puante tendue par la France impérialiste. Non Monsieur le Président, nous ne la mordrons pas, mais nous la décapiterons.

L’Union Européenne, conformément à son engagement, après fabrication du G5 Sahel par la France, avait fait une avance de financement de 100 millions d’Euro. La France n’a pas perdu du temps pour mettre sa main sur la somme. La Lettre du Continent nous apprend que : « La première contribution européenne de 100 millions € avait été largement gérée par Expertise France, qui avait supervisé l’achat d’une cinquantaine de blindés Bastion du constructeur Arquus et de divers équipements non létaux (gilets pare-balles, etc., LC n°782) » . La France a bloqué la livraison de ces engins. C’est après la plainte officielle des autorités Burkinabè sur la lenteur dans la livraison, que la France a annoncé que les premiers blindés doivent arriver « sur zone au premier trimestre 2020. »

Il est donc clair que la France a bel et bien bloqué la livraison d’armes. Ce qui vous a poussé à vous plaindre officiellement en choisissant un mot moins exotique « lenteur ».

Sur le rôle du FCFA dans le terrorisme français qui nous est imposé, nous vous invitons à revisiter l’histoire des peuples et des Présidents qui ont été respectivement détruits et tués par la France : De la Guinée de Sekou TOURE à la Libye de KADHAFI en passant par le Togo de Sylvanus OLYMPIO, le Mali de Modibo KEITA, et la Côte d’Ivoire de Laurent GBAGBO,…

Il est donc clair que le sentiment anti impérialiste vise essentiellement la France qui ne joue pas franc jeu et n’entend pas décoloniser.

Ce Macron se croit plus malin : 《Qu’ils nous disent s’ils ont besoin de la France….et de la Communauté internationale.》

Pourquoi lier la Communauté internationale à la France, du moment que l’ONU, les États Unis et d’autres pays refusent de financer le G5 Sahel ce machin français et que la ministre de la défense peine à rallier les troupes européennes a cette aventure française ?

C’est un véritable piège que les Chefs d’État doivent éviter à Pau pour ne pas laisser leur peau.
La clarification doit concerner uniquement la présence militaire française. La France n’a pas mandat à interroger nos Chefs d’État au nom de la communauté internationale. Que les deux sujets soient clairement séparés. Nous ne voulons pas de maître défenseur, de Tuteur gelé pour nous représenter devant la communauté internationale. Les questions de la communauté internationale doivent être posées par la communauté internationale.

Aussi, Messieurs les Ministres des démentis, si vous n’avez pas été capables depuis ce temps de savoir que notre premier ennemi dans le Sahel c’est la France, vous n’êtes plus dignes d’être à ces Postes. Personne ne pourra arrêter notre processus d’indépendance ni arrêter cette mort cérébrale de la France en Afrique. Et quiconque essayera en payera les fruits.

Source: Œil d’Afrique