A Diffa, la société civile exige le départ «sans délai» des forces françaises

0
4525
Le 24 avril 2019, Nord Mali, Près de Gossi. Deuxième jour d'opération. Pause dans une zone aride. Les soldats croisent des hommes en motos. Ils vont les contrôler.

Des organisations de la société civile nigérienne basées à Diffa (sud-est), ont exigé, dimanche, le départ des troupes françaises basées au Niger.

«Le Collectif de la société civile de Diffa et le Réseau des femmes et filles pour la paix et la sécurité exigent le départ sans délai des forces françaises du Niger», ont indiqué ces organisations dans une déclaration consultée par Anadolu.

Entre autres motifs, les organisations de la société civile évoquent les attaques dans les régions de Diffa et Tillabéri, «la présence troubles des forces françaises au Niger» et l’attaque du 10 décembre dernier contre le camp militaire d’Inatès dont le bilan officiel est de 71 militaires tués.

Les organisations signataires de la déclaration ont, en outre, rejeté «l’idée d’une nouvelle coalition des forces étrangères au Sahel sous prétexte de lutte contre le terrorisme».

Plusieurs autres organisations de la société civile nigérienne basées à Niamey avaient appelé à une manifestation contre la présence des bases militaires étrangères pour la journée de ce dimanche 15 décembre.

Mais la manifestation a été interdite par la mairie de Niamey.

A l’appel des organisations de la société civile, plusieurs manifestations ont été organisées par le passé contre la présence des bases militaires étrangères au Niger, notamment celles françaises.

Les organisateurs de ces manifestations évoquent l’inutilité de ces bases dont la présence n’a pas empêché les terroristes de sévir.

L’attaque meurtrière perpétrée mardi dernier contre le camp militaire d’Inatès, près de la frontière avec le Mali, et dont le bilan a été de 71 militaires tués, a exacerbé les critiques vis à vis de la présence militaire étrangère, principalement dans les milieux de la société civile et des étudiants où cette présence est perçue comme une « perpétuation de la colonisation ».

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le Niger accueille des bases militaires françaises, américaines et allemandes.

AA